VOTEZ POUR LE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE
22 août 2016
LA VIE QUI CHANGE
26 août 2016

Construire une destination d’excellence

Vous venez de prendre la direction générale de l’association Alsace Destination Tourisme. Quels sont les objectifs que vous vous êtes assigné?

M. L. • La fusion des ADT 67 et 68, qui a été décidée par les Présidents des Conseils Départementaux, Frédéric Bierry et Éric Straumann, est liée à un souci d’efficacité économique. Au-delà de la rationalisation et de la synergie attendue par les collectivités, notre premier objectif est de construire une destination touristique d’excellence, dans le secteur plus vaste de la Grande Région. Être réunis en une seule structure facilitera la montée en compétences de nos équipes et la mise en place de spécialisations métiers. Les démarches ou les actions qui ont prouvé leur efficacité dans l’un ou l’autre département seront modélisées, comme par exemple le travail mené dans le Bas-Rhin sur la taxe de séjour et celui sur le diagnostic numérique, ou encore l’inventaire et la qualification des friches relevant du tourisme de santé et de bien-être. En dégageant du temps, nous investirons de nouveaux champs d’action ou des sujets sur lesquels nous sommes absents ou partiellement impliqués. Pourquoi ne pas accompagner la création de startups dans le domaine du tourisme? Déjà partenaires du Welcome City Lab à Paris, une plate-forme d’innovation dédiée au tourisme, nous pourrions décliner le concept en Alsace. La desserte des territoires constitue également un axe de travail, avec notamment le renforcement des navettes touristiques…

Crédit Strasbourg, s’engage également à vous trouver la meilleure selon votre profil et vos besoins. Un droit à résilier votre assurance emprunteur tous les ans à la date anniversaire est également mis à votre disposition par le législateur.

Quels sont vos moyens?

M.L. • Alsace Destination Tourisme emploie 45 personnes, 26 dans le Bas-Rhin, 19 dans leHaut-Rhin. Notre budget avoisine les 5,5 M€, dont près de 90 % sont le produit de contributions départementales. Il est le reflet de notre capacité à mener des actions et non de ce que nous apportons à l’Alsace. L’ADT, présidée par Max Delmond et coprésidée par Vincent Debes, assure des missions de service public pour le compte des deux départements. Parallèlement, elle s’associe à des partenaires dans le cadre d’événements ou d’opérations d’aménagement. Par exemple, la promotion des randonnées pédestres est réalisée avec les sept départements du Massif des Vosges et les régions.

Comment comptez-vous renforcer l’image de l’Alsace dans le nouveau contexte de la Grande Région? Allez-vous collaborer avec les autres régions pour créer de nouvelles actions? Vous articuler avec l’Agence d’Attractivité de l’Alsace (AAA)?

M.L. • Nos deux structures travaillent déjà ensemble.

 

Par exemple, le site www.tourisme-alsace.com, qui contribue à soutenir la visibilité de l’Alsace, est cofinancé par l’ADT. Pour notre part, nous ciblons surtout les marchés français et européens, grand public et professionnels. Avec l’AAA, il nous arrive d’être présents sur les mêmes manifestations, comme récemment à Munich. À l’avenir, Il faudra trouver une gouvernance qui permette d’optimiser nos représentations. Par contre, c’est ensemble que nous contribuerons à l’animation numérique des territoires. L’évolution se dessinera petit à petit, à l’instar d’une répartition des compétences pour la recherche d’investisseurs, à finaliser entre Agence de Développement d’Alsace (ADIRA) et AAA. Tout dépendra de l’orientation, industrielle ou touristique, des projets. Une réflexion a été entamée avec les dix ADT de la Grande Région pour trouver des complémentarités. En misant sur les identités respectives de nos régions, mais aussi sur la richesse des offres de villes-destination, comme Strasbourg, Colmar, Troyes ou Metz…, nous soutiendrons la visibilité de l’Alsace avec des entrées différentes. Parmi les thématiques partagées, le tourisme de mémoire, les sites emblématiques ou l’itinérance à vélo.

Vous vous êtes engagés, aux côtés des CCI, dans une démarche de promotion de la marque Qualité Tourisme. De manière plus générale, comment envisagez-vous les collaborations futures avec les CCI?

M.L Depuis 2015, une demi-douzaine de sites se sont engagés dans la démarche Qualité Tourisme, dont deux dans le Massif des Vosges. L’étape qualitative n’a démarré qu’en 2016. À présent, il nous faut développer une communication commune sur le sujet. Parmi les dossiers appelant des réponses, la gestion des Logis, actuellement du ressort de l’ADT 67 dans le Bas-Rhin et des CCI dans le Haut-Rhin. La solution tendrait vers une structure unique qui assure la promotion de ces Logis qui font la fierté de notre région. Le développement du numérique est un autre dossier sur lequel nous souhaitons collaborer davantage avec la CCI, car elle a une longueur d’avance dans le domaine. Pour améliorer l’accueil de nos visiteurs, des synergies sont à trouver avec le Pôle formation et le Centre Européen de Formation et de Promotion Professionnelle par Alternance pour l’Industrie Hôtelière (CEFPPA). Notre ambition est de contribuer à améliorer la performance de l’offre, le confort et les services.

Comments are closed.